OMBRES & LUMIERES

OMBRES & LUMIERES

On ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible pour les yeux...
 
AccueilAccueil  Portail*Portail*  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cars

Aller en bas 
AuteurMessage
Horus
Oscar
Oscar


Nombre de messages : 198
Age : 46
Points : 127
Date d'inscription : 11/08/2006

MessageSujet: Cars   Lun 30 Sep - 2:46



Cars


Cars : Quatre Roues ou Les Bagnoles au Canada est le septième long-métrage d'animation entièrement en images de synthèse des studios Pixar. Sorti en 2006 aux États-Unis et co-produit par les studios Disney, le film se déroule dans un monde peuplé de voitures anthropomorphes.

Dans un monde peuplé de voitures vivantes, Flash McQueen est un jeune champion de course avide de succès et promis à une belle carrière. Un jour, il se retrouve abandonné par accident en plein désert et, en essayant de retrouver son chemin, arrive dans la petite ville de Radiator Springs, située sur la mythique Route 66. Il va s’y faire de nouveaux amis et découvrir qu’il y a des choses bien plus importantes dans la vie que de franchir la ligne d’arrivée en tête. Une suite intitulée Cars 2 est sortie le 27 juillet 2011



Synopsis :

Flash McQueen, jeune véhicule de course avide de succès, rêve d’être le premier rookie de l'histoire de la compétition automobile à remporter la fameuse Piston Cup, afin d’intégrer l'écurie Dinoco et de devenir célèbre.

Lors de la finale du championnat, alors qu’il mène largement la course, ses pneus arrières éclatent à quelques mètres de la ligne d’arrivée, ce qui permet à ses adversaires de le rattraper malgré ses efforts désespérés. Il parvient à terminer la course de justesse, mais franchit la ligne d’arrivée exactement au même moment que deux autres vétérans : Strip Weathers, dit le King, et Chick Hicks. Une nouvelle course est donc organisée à Los Angeles, en Californie, pour départager les trois vainqueurs.

Ainsi, Flash McQueen et son unique ami Mack, le camion qui le transporte, se lancent sur l’Interstate 40 à destination de Los Angeles. Afin d'être les premiers à arriver, Flash McQueen demande à Mack de rouler toute la nuit, mais celui-ci s’endort en roulant et perd sa cargaison au beau milieu de la route, en plein désert.

Flash McQueen se réveille en sursaut et évite de justesse plusieurs collisions, mais a perdu son ami. Croyant l’apercevoir au loin, il se lance à sa poursuite, mais découvre qu’il s’était trompé. Perdu sur la mythique Route 66, il cherche à rejoindre l’autoroute le plus vite possible, mais est pris en chasse par le Shérif de Radiator Springs. Prenant les pétarades de l’échappement du shérif pour des coups de feu, Flash McQueen panique et prend la fuite, jusqu’à ce qu’il arrive subitement dans la ville de Radiator Springs et perde le contrôle de la situation, se retrouvant prisonnier de fils téléphoniques après un accident où il a causé de gros dégâts à la route.

Le lendemain matin, Flash McQueen se réveille à Radiator Springs et découvre qu’il est en prison. Après une rapide conversation avec Martin, une dépanneuse, il est conduit au tribunal pour y être jugé. Le juge Doc Hudson, qui est également le médecin de la ville, décide en le voyant de le chasser immédiatement, mais l’avocate Sally Carrera arrive et parvient à convaincre Doc Hudson de l’obliger à réparer la route. Flash McQueen est alors attelé à Bessie, une goudronneuse, et se voit imposer de réparer les dégâts qu’il a causés avant de pouvoir quitter la ville.

Cependant, la prochaine course pour départager les vainqueurs de la Piston Cup doit avoir lieu dans moins d’une semaine et Flash McQueen est pressé de s’y rendre, afin de rencontrer Dinoco. Après une tentative d’évasion ratée, il se résigne à réparer la route mais dans son empressement bâcle le travail. Tout est à refaire.

Fatigué d’entendre les complaintes de la voiture de course, Doc Hudson défie Flash McQueen de le battre à la course. Si Flash McQueen gagne, il pourra partir librement, s’il perd, il devra réparer la route. Flash relève le défi et démarre la course en trombe, laissant Doc Hudson dans son nuage de poussière, ce dernier n’ayant même pas bougé. Cependant, Flash arrive trop vite sur un virage et le sol sableux lui fait perdre son adhérence, ce qui l’envoie au terme d’un dérapage se planter dans une forêt de cactus. Doc, qui avait apparemment prévu la chose, demande à Martin de l’accompagner pour récupérer Flash et est déclaré vainqueur. Flash McQueen se voit donc obligé non seulement de défaire son travail bâclé, mais également de réparer la route.

Le lendemain matin, la ville découvre que Flash McQueen a fini de réparer une portion de route et tous sont étonnés par la perfection de son travail. Étant donné qu’il était arrivé à court de goudron au beau milieu de la nuit, le Shérif a autorisé Flash à s’entraîner sur le circuit de terre, sous sa surveillance. Flash essaye désespérément de passer le virage problématique, mais échoue sans arrêt. Doc lui suggère alors de braquer ses roues dans le sens opposé au virage, mais McQueen est en colère et refuse de l’écouter. Il décide cependant d’essayer la chose, bien qu’elle lui semble farfelue, et termine à nouveau sa course dans la forêt de cactus. C’est alors que Sally l’invite à venir passer la nuit au Cozy Cone Motel et que Martin qui s’amuse de l’évolution de leur relation, lui propose d’aller culbuter les tracteurs.

Le lendemain matin, alors qu’il cherche le Shérif, Flash McQueen se retrouve dans le garage de Doc et découvre son secret  : Doc est en réalité Hudson Hornet, une légende des circuits, ayant remporté la Piston Cup trois fois d'affilée, en 1951, en 1952 et en 1953.

Plus tard, Sally invite Flash à l’accompagner pour une promenade dans les environs de Radiator Springs et l’emmène au Wheel Well Motel, un vieux motel abandonné d’où ils peuvent contempler le paysage. Sally lui raconte alors comment elle est arrivée là et comment la construction de l’autoroute, quarante ans plus tôt, a transformé Radiator Springs en une ville fantôme.

Lors de son retour à Radiator Springs, Flash McQueen surprend Doc sur le circuit de terre et est impressionné par son pilotage. Mais, dès que Doc l’aperçoit, il tourne les talons et retourne à son garage, où Flash le suit. Doc est fâché et lui ordonne de sortir, mais Flash insiste et lui demande pourquoi il a quitté le monde de la course automobile alors qu’il était si brillant. Doc lui montre un article de journal et lui explique finalement qu’il n’est pas parti volontairement, mais qu’il a eu un grave accident en 1954. Une fois réparé, Doc a bien essayé de participer à nouveau aux courses, mais il en a été écarté au profit de rookies. Finalement, Doc demande à Flash de terminer la route et de quitter la ville.

Le lendemain matin, alors qu’il vient juste de terminer de réparer la route, Flash McQueen décide de rendre service à tous les habitants de Radiator Springs, notamment en se laissant relooker. Le soir ils organisent une fête en son honneur, au cours de laquelle Sally et Flash se découvrent une passion, mais sont interrompus par l’arrivée d’une foule de journalistes et de véhicules en tout genre, dont Mack, qui est venu chercher Flash pour l’emmener sur le lieu de la course. Sally est très déçue de découvrir que c’est Doc qui a informé la presse et la ville tout entière est affectée du départ de Flash.

Lors de la course, en Californie, Flash n’arrête pas de se remémorer Sally et Radiator Springs. Plongé dans ses souvenirs, il est vite distancé par ses concurrents, jusqu’à ce qu’une bonne partie des habitants de Radiator Springs viennent se joindre à son équipe pour le soutenir, ce qui lui donne un formidable coup de fouet. Doc, qui est venu en tant que directeur technique, a revêtu les couleurs de la Fabuleuse Hudson Hornet qu’il avait lorsqu’il était connu, ce qui ne manque pas d’être remarqué par tout le monde étant donné sa grande renommée. Guido se montre également d’une aide incroyable, parvenant à changer les roues de Flash plus rapidement à lui tout seul que toute une équipe.

Tout ceci encourage Flash McQueen, qui du coup parvient à reprendre la tête de la course, loin devant Strip Weathers et Chick Hicks. Mais ce dernier est un mauvais perdant et refuse de terminer dernier, aussi il assène un coup violent au King, qui lui fait perdre le contrôle et lui occasionne un grave accident. Après plusieurs tonneaux, Strip Weathers s’immobilise, en morceaux. Flash McQueen, qui a vu le crash, se remémore l’accident de Doc, qui a mis un terme à sa carrière. À quelques mètres de l’arrivée, il pile sur ses freins et s’arrête juste avant la ligne, laissant Chick Hicks gagner la course. Puis il rejoint Strip Weathers et le pousse jusqu’à la ligne d’arrivée, pour qu’il termine sa carrière dignement.

Grâce à sa tricherie, Chicks Hicks remporte la Piston Cup, mais est hué par la foule. Flash McQueen se voit offrir son rêve, Tex lui proposant de rejoindre l’équipe Dinoco pour la beauté de son esprit sportif, mais le cœur de Flash a bien changé et il ne peut se résigner à quitter l’équipe Rust-eze qui lui a mis le pied à l’étrier et l’a amené là où il est.

Après la course, Flash revient à Radiator Springs, où il a décidé d’implanter son quartier général de course, ainsi qu’un musée de la course en hommage à Doc. Grâce à Flash McQueen, la ville connaît un boum touristique, ce qui la revitalise, et l’ancienne Route 66 autrefois abandonnée est ainsi redevenue une route majeure, étant officiellement classée « Route 66 Historique ».




Fiche technique :

Titre original : The world of Cars
Titre français : Cars : Quatre Roues
Titre québécois : Les Bagnoles
Réalisation : John Lasseter et Joe Ranft
Scénario : John Lasseter, Joe Ranft, Jorgen Klubien, Dan Fogelman, Kiel Murray et Phil Lorin , assistés de Robert L. Baird et Daniel Gerson, d'après une histoire de John Lasseter, Joe Ranft et Jorgen Klubien
Direction artistique : William Cone et Bob Pauley
Animation : Scott Clark et Doug Sweetland (supervision) Photographie (supervision) : Jeremy Lasky (caméra), Jean-Claude Kalache (lumières)
Ombrage (supervision) : Tia Kratter ; Thomas Jordan (personnages) ; Chris Bernardi et David Munier (décors)
Transparences (supervision) : Lisa Forssell
Personnages (supervision) : Tim Milliron ; Ziah Sarah Fogel (foules)
Décors (supervision) : Sophie Vincelette
Effets spéciaux (supervision) : Steve May
Rendu (supervision) : Jessica Giampietro McMackin
Optimisation (supervision) : Anthony Apodaca

Son : Tom Myers
Montage : Ken Schretzmann
Musique : Randy Newman
Direction technique : Eben Ostby (supervision)
Directeur de production : Jonas Rivera
Producteurs exécutifs :
Producteur associé : Thomas Porter
Productrice déléguée : Darla Anderson
Production : Pixar Animation Studios, Walt Disney Pictures
Distribution : Buena Vista International
Budget : 120 millions USD
Format : Couleurs - 1,78:1 - Son Dolby Digital EX DTS-ES numérique
Durée : 116 minutes
Dates de sortie :
États-Unis : 14 mars 2006 (première mondiale au ShoWest), 9 juin 2006 (sortie nationale) ; Canada (Québec) : 9 juin 2006 ;
France / Suisse : 14 juin 2006 ; Belgique : 5 juillet 2006.


Note : La liste des « crédités » au générique étant trop longue pour être citée in extenso ici, nous n'avons repris que les principaux contributeurs.

Distribution :

Voix originales :

Owen Wilson : Lightning McQueen (Flash McQueen)
John Ratzenberger : Mack
Bonnie Hunt : Sally Carrera
Larry the Cable Guy : Mater (Martin)
Paul Newman : Doc Hudson
George Carlin : Fillmore
Paul Dooley : Sarge (Sergent)
Jenifer Lewis : Flo
Cheech Marin : Ramone
Guido Quaroni : Guido
Tony Shalhoub : Luigi
Michael Wallis : Sheriff
Katherine Helmond : Lizzie
Michael Keaton : Chick Hicks
Tom Magliozzi : Rusty Rust-eze (Clic)
Ray Magliozzi : Dusty Rust-eze (Clac)
Richard Petty : Strip « The King » Weathers
Darrell Waltrip : Darrell Cartrip
Bob Costas : Bob Cutlass (Bob Finelame)
Jay Leno : Jay Limo
Dale Earnhardt Jr : Junior
Mario Andretti : Mario Andretti
Michael Schumacher : Ferrari
Joe Ranft : Red / Peterbilt
Jeremy Piven : Harv
Richard Kind : Van
Edie McClurg : Minny
Humpy Wheeler : Tex
Lynda Petty : Mrs « The King »
Sarah Clark : Kori Turbowitz
Jonas Rivera : Boost (Booster)
Lou Romano : Snotrod (Plein-pot)
Adrian Ochoa : Wingo
E.J. Holowicki : DJ
Elissa Knight : Tia
Lindsay Collins : Mia
Andrew Stanton : Fred
Mike Nelson : Not Chuck

Voix françaises :

Guillaume Canet : Flash McQueen
Guillaume Orsat : Mack
Cécile de France : Sally Carrera
Michel Fortin : Martin
Bernard-Pierre Donnadieu : Doc Hudson
Pascal Sellem : Fillmore
Jacky Nercessian : Sergent
Annie Balestra : Flo
Julien Kramer : Ramone
Danilo de Girolamo : Guido
Marc Pérez : Luigi
Michel Dodane : Shériff
Marion Game : Lizzie
Samuel Le Bihan : Chick Hicks
Max Morel : Clic
Bernard Bollet : Clac
Gabriel Le Doze : Strip Weathers « Le King »
Philippe Chereau : Darrell Cartrip
Pat Angeli : Bob Finelame
Jean-Luc Atlan : Jay Limo
Michael Schumacher : Ferrari
Luis Daniel Ramirez : Red
Jean-Louis Faure : Harv
Guy Chapelier : Van
Virginie Mery : Minny
Emmanuel Jacomy : Tex
Marie-Madeleine Burguet-Le Doze : Mme King
Anne Jolivet : Kori Turbowitz
Alexis Thomassian : Booster
Tony Marot : Plein-pot
Hervé Rey : Wingo
Donald Reignoux : DJ
Isabelle Volpe : Tia
Marie Millet : Mia

Voix québécoises :

Patrice Dubois : Flash McQueen
Manuel Tadros : Mater
Mélanie Laberge : Sally
Vincent Davy : Doc Hudson
Sylvio Orvieto : Luigi
Luis De Cespedes : Ramone
Hélène Mondoux : Flo
Benoit Rousseau : Mack
Daniel Picard : Chick Hicks
Sylvain Hétu : Le King
Johanne Garneau : Lizzie
Louis-Philippe Dandenault : Fillmore
Louis-Georges Girard : Darrell Cartrip
Hubert Gagnon : Shérif
Raymond Bouchard : Tex Dinoco
Julie Ménard : Kori Turbowitz

Chansons du film :

Real gone (Sheryl Crow)
Route 66 (Chuck Berry)
Life is a highway (Rascal Flatts, reprise de l'originale par Tom Cochrane)
Behind the clouds (Brad Paisley)
Our town (James Taylor)
Sh-boom (The Chords)
Route 66 (John Mayer, reprise de l'originale de Chuck Berry, également incluse dans le film)
Find yourself (Brad Paisley)
My heart would know (Hank Williams)

Distinctions :

Golden Globe 2007 du Meilleur film d’animation.

Sorties Cinéma :

Sauf mention contraire, les informations suivantes sont issues de l'Internet Movie Database.

États-Unis : 14 mars 2006 (première mondiale au ShoWest), 26 mai 2006 (première à Charlotte), 9 juin 2006 (sortie nationale)
Australie : 8 juin 2006
Philippines : 8 juin 2006
Singapour : 8 juin 2006
Canada : 9 juin 2006
Taïwan : 9 juin 2006
États-Unis : 9 juin 2006
France : 14 juin 2006
Suisse : 14 juin 2006
Hongrie : 15 juin 2006
Porto Rico : 15 juin 2006
Russie : 15 juin 2006
Pays-Bas : 21 juin 2006
Bolivie : 22 juin 2006
Colombie : 22 juin 2006
Israël : 22 juin 2006
Islande : 23 juin 2006
Pologne : 23 juin 2006
Argentine : 29 juin 2006
Portugal : 29 juin 2006
Brésil : 30 juin 2006
Mexique : 30 juin 2006
Panama : 30 juin 2006
Venezuela : 30 juin 2006
Japon : 1er juillet 2006
Belgique : 5 juillet 2006
République tchèque : 6 juillet 2006
Espagne : 6 juillet 2006
Hong Kong : 13 juillet 2006
Pérou : 13 juillet 2006
Afrique du Sud : 14 juillet 2006
Corée du Sud : 20 juillet 2006
Italie : 22 juillet 2006
Irlande : 28 juillet 2006
Royaume-Uni : 28 juillet 2006
Bulgarie : 4 août 2006
Inde : 4 août 2006
Lettonie : 4 août 2006
Estonie : 11 août 2006
Koweït : 16 août 2006
Lituanie : 18 août 2006
Chine : 22 août 2006
Finlande : 23 août 2006
Italie : 23 août 2006
Slovénie : 24 août 2006
Finlande : 25 août 2006
Norvège : 25 août 2006
Suisse : 25 août 2006
Slovaquie : 31 août 2006
Danemark : 1er septembre 2006
Suède : 1er septembre 2006
Égypte : 6 septembre 2006
Allemagne : 7 septembre 2006
Grèce : 14 septembre 2006
Suisse : 14 septembre 2006
Turquie : 15 septembre 2006

Sorties Vidéo :

États-Unis /Canada : 7 novembre 2006 : DVD simple ; 6 novembre 2007 : Blu-ray
France : 14 décembre 2006 : DVD simple ; 6 juin 2007 : DVD collector ; 1er février 2008 : Blu-ray

En plus du film, le DVD contient :

deux courts-métrages en animation 3D : L'Homme orchestre (4 min 30) et Martin et la Lumière fantôme (7 min) ;
un documentaire sur l'origine de Cars expliquée par John Lasseter (7 min) ;
la version plein écran des animations du générique de fin
4 scènes coupées, présentées sous la forme de story-board (10 min) : La station-service Top Down, Perdu, Travail d'intérêt collectif et Motoramas Girls.

Personnages :

Flash McQueen : Mélange de différentes voitures de course, en particulier du type Nascar et 24 Heures du Mans de modèle récent3
Strip le King Weathers : Plymouth Superbird de 1970 de Richard Petty, numéro 43
Chick Hicks : Nascar des années 1980, sur une base de Buick Regal de la même époque
Mater/Martin : Dépanneuse International Harvester L-170 de 19514 qui se ressemble à un Chevrolet 3800 de 1956 mixé avec une International Harvester L-170 de 1958
Sally Carrera : Porsche 911 type 996, modèle 2002
Doc Hudson : Hudson Hornet modèle 1951
Ramone : Chevrolet Impala lowrider de 1959
Fillmore : Volkswagen Combi de 1960
Sarge : Une Jeep qui présente les caractéristiques des jeeps Willys MB et Willys CJ-2A.
Flo : Modèle présenté au salon Motorama de 1957
Luigi : Fiat 500 de 1959
Guido : Chariot élévateur italien, sur base Isetta
Shériff : Mercury Coupé Club de 1949
Mack : Camion Mack Superliner de 1985
Lizzie : Ford modèle T de 1923
Red : Fourgon d'incendie des années 1960, inspiré du modèle American LaFrance
Bob Cutlass : Oldsmobile Aurora de 1999
Darrell Cartrip : Chevrolet Monte Carlo de 1977

Équipe Rust-eze :

Flash McQueen : Flash McQueen est le personnage principal de l’histoire. Il est un jeune véhicule de course anthropomorphe, agressif, arrogant et n’accordant aucune attention à ses équipiers, qui le quittent d’ailleurs au début du film. Il a pour ambition de devenir le premier rookie à remporter la course de la Piston Cup, et d’être sponsorisé par Dinoco. Malheureusement, il franchit la ligne d’arrivée exactement au même moment que ses deux adversaires, et une nouvelle course est organisée pour les départager. Sur le chemin de la Californie, il est involontairement abandonné sur la route dans le désert et se retrouve à Radiator Springs, une ville quasi-abandonnée, et dans laquelle il occasionne malencontreusement beaucoup de dégâts, qu’il est condamné à réparer avant de pouvoir partir. Il se lie alors d’amitié pour les habitants de la ville, notamment Martin, la dépanneuse, et Sally Carrera, dont il tombe amoureux. Cette expérience le conduit à comprendre l’importance de l’amitié et de l’amour, et lui fait comprendre que gagner une course n’est pas la chose la plus importante qui soit dans une vie de coureur automobile.

Mack : Mack fait partie de l’équipe technique Rust-eze et, suite au départ du reste de l’équipe, se trouve être le seul ami de Flash McQueen. C’est un camion qui a la charge de transporter Flash McQueen sur le lieu des courses. Lors d’un trajet, il s’endort et perd sa cargaison, laissant Flash McQueen au beau milieu de la route, en plein désert. Évidemment, il finit par le retrouver et l’emporte sur le lieu de la course dans les temps. Bien que Flash ne manifeste pas un intérêt particulier pour Mack au début du film, ce dernier est toujours agréable avec lui. La course finale fait prendre conscience à Flash McQueen que Mack est le seul membre de l’équipe technique qu’il lui reste, ce pour quoi il le remercie. Mack va tenir ce rôle jusqu’à ce que la moitié de la population de Radiator Springs se joigne à lui pour l’aider dans ses tâches. Après la course, Mack ramène Flash McQueen à Radiator Springs. Les scènes d’animation du générique de fin présentent Mack alors qu’il critique une série de parodie des précédents films de Pixar, dans un cinéma de plein air. Mack est un camion Mack Superliner de 1985.
Personnel du stand : Le personnel du stand est composé de chariots élévateurs, dont l’un, apparemment le chef d’équipe, est prénommé Michel. Suite au refus de Flash McQueen de se laisser changer les pneus, ce qui faillit lui faire perdre une course, ils décident de l’abandonner.

Harv : Harv est l’agent de Flash McQueen. Il n’intervient qu’à deux reprises durant tout le film et uniquement par interphone. La première fois lorsque Mack et Flash McQueen sont sur la route pour Los Angeles et la seconde lorsque Flash McQueen est retrouvé à Radiator Springs.

Rusty et Dusty Rust-eze : Les frères Rusty et Dusty Rust-eze sont les présentateurs de l’équipe Rust-eze, qui sponsorise Flash McQueen. Rusty est une Dodge A100 de 1964 tandis que Dusty est une Dodge Dart V10 de 1963.

Équipe Dinoco :

Le King Strip Weathers : Strip « Le King » Weathers est la voiture bleue no 43 de l’équipe Dinoco doublée dans la version originale par Richard Petty, le champion de la discipline NASCAR qui a toujours porté le no 43. La voiture est inspirée par la Plymouth Superbird de 1970 de Richard Petty. C’est le champion de Dinoco, sept fois vainqueur de la Piston Cup (en réalité, Richard Petty et Dale Earnhardt père sont les seuls à avoir gagné à sept reprises la série reine de la NASCAR). Il explique à Flash McQueen qu’il ne peut rien faire sans une équipe, mais le jeune prétentieux est surtout préoccupé par prendre la place du King chez Dinoco après son départ en retraite.

Madame King : Madame King, comme l’appelle Martin, est l’épouse du King. Dans la version originale, elle est doublée par Lynda Petty, la véritable épouse de Richard Petty. Il s’agit d’un break Chrysler Town & Country de 1974, inspiré par la propre voiture que les Petty conduisaient dans les années 1970 pour aller sur les circuits. Durant les courses, Madame King est assise dans la loge officielle de Dinoco.

Tex : Tex est une Cadillac Coupé De Ville de 1975 à la carrosserie dorée, au toit recouvert par une peau de vache et à la calandre équipée d’impressionnantes cornes de vache texane. C’est le patron de Dinoco, mais rien ne permet de dire que ce soit son nom de famille, même si la miniature réalisée par Mattel est vendue sous l’appellation de Tex Dinoco. Le dessin de Tex s'inspire des voitures réalisées pour Nudie Cohn (1902-1984), le roi de la confection style western installé à North Hollywood et faiseur des tenues de Roy Rogers, John Wayne ou Elvis Presley. Tout au long de sa carrière, « Nudie » s'est fait aménager 18 cabriolets sur base Pontiac et Cadillac avec un habillage en peau de vache, des tableaux de bords recouverts de pièces de dollar en argent, des revolvers à la place des poignées de portières et avec d'énormes cornes de vache (jusqu'à 2,10 m de large sur sa Cadillac de 1975) au-dessus de la calandre.

Hélicoptère : L’hélicoptère de Dinoco, appelé Rotor Turbosky dans la miniature en référence au célèbre constructeur Sikorsky, est un hélicoptère de transport décoré aux couleurs de Dinoco. Martin fait un tour à son bord à la fin du film grâce à la promesse que lui a faite Flash McQueen et qui est la seule demande qu'il formule à Tex quand celui-ci vient lui demander de rejoindre son équipe après la finale des ex-aequo.

Équipe Hostile Takeover Bank :

Chick Hicks : Chick Hicks est l’éternel rival vert antipathique qui a fait toute sa carrière dans l’ombre du King et en a conçu beaucoup de ressentiment. Il porte le no 86 en référence à l'année de création de PIXAR. Il s’agit d’une Buick Regal des années 1980 (ou un modèle similaire des autres divisions de General Motors établi sur la plateforme G des modèles d'alors à propulsion) équipée d'une calandre qui ressemble à une grosse moustache noire. Prêt à tout pour remporter une victoire, il n’hésite pas à pousser ses concurrents à la faute et à provoquer un monstrueux carambolage dans la course d’ouverture du film pour se débarrasser de Flash McQueen. Il remporte la finale des ex-aequo en envoyant le King dans le décor, et alors qu’il s’attend à une vaste ovation, il se fait huer lors de la remise de sa Piston Cup. D'un certain point de vue, il représente ce que Flash McQueen aurait pu devenir.

Personnel du stand : Il s’agit d’un groupe de chariots élévateurs qui portent tous une fausse moustache pour ressembler à leur champion. Le directeur technique est un pick up Dodge Ram qui renseigne Chick Hicks sur le déroulement de la course (il lui indique que Flash McQueen a crevé dans la course d’ouverture du film). Lors de la finale des ex-aequo, ils se moquent de Guido avant que ce dernier ne leur montre qu’il est capable à lui seul de changer les 4 roues de Flash McQueen en moins de 4 secondes. Ils en perdent leur fausse moustache, le plus grand d’entre eux la perdant quand Guido dit « pit stop ».

Population de Radiator Springs :

Martin : Martin (« comme Aston Martin, mais sans Aston » d’après ses dires) est une vieille dépanneuse rouillée. Inspirée par un modèle International Harvester de 1951 à Galena, il se ressemble à un International Harvester de 1958 ou un pick-up Chevrolet ou GMC des années 1950. Il est immatriculée A113. Il a perdu son capot ainsi que le phare gauche. As du lancer de crochet de dépannage, il rend encore beaucoup de service à la ville. Il parle avec un accent paysan, en faisant des fautes de syntaxe et en faisant parfois un peu de dyslexie ; il a également du mal à épeler certains mots. Il est simple et c'est un bon vivant qui aime s’amuser. C’est un ami loyal qui est apprécié de tous. Il devient rapidement le meilleur ami de Flash McQueen. Martin est également le champion autoproclamé de la conduite en marche arrière, activité où il fait preuve d’une habileté certaine grâce à ses rétroviseurs et à sa propre philosophie : « je n’ai pas besoin de savoir où je vais, du moment que je sais d’où je viens ». Il apprend cette façon de rouler à Flash, qui saura l’utiliser à son avantage face à Chick Hicks durant la finale des ex-aequo. Il passe son temps à faire culbuter les tracteurs et à chercher la lueur fantôme. Lors du générique de fin, Martin retrouve son capot qu’il avait perdu il y a plus de vingt ans au fond de la Tailfin Pass (la passe de l’aileron). Ce dernier est de couleur bleu ciel, la couleur de la peinture qu’avait Martin dans sa jeunesse, avant de finir par rouiller. Hélas, Martin éternue et le capot retombe au fond du ravin.

Doc Hudson : C'est le juge et le médecin de Radiator Springs dont la première réaction en voyant Flash McQueen est de demander au Shérif de l'expulser de la ville. Mais Sally parvient à le faire revenir sur sa décision et à lui faire condamner Flash a réparer la route de la ville. Face à l'impatience du jeune Flash de repartir, Doc le met au défi de le battre à la régulière dans une course sur terre. Resté bloqué sur la ligne de départ, Doc part avec Martin récupérer Flash qui est sorti de piste dans un virage. Doc lui explique alors comment négocier un virage sur terre en contrebraquant les roues dans le sens inverse du virage pour reprendre la maîtrise quand les roues arrières commencent à se déraper, ce qui laisse Flash incrédule. Mais Doc Hudson garde un secret que Flash découvre par hasard ; derrière le paisible médecin de campagne, Doc cache son passé d'ancien vainqueur de trois Piston Cup (1951, 1952 et 1953), détenteur du record du nombre de victoires en une seule saison et son appellation de « Fabuleux Hudson Hornet ». Mais cette légendaire voiture de course a connu un terrible accident au cours de la saison 1954 qui l'a éloigné des circuits. À son retour, tout le monde l'avait oublié et s'intéressait aux nouveaux 'rookies'. Hudson a alors quitté la course, en conservant la coupure de presse et la photo de son accident pour se souvenir de ne jamais revenir dans un milieu qui avait failli le détruire. Après avoir étudié la médecine (i.e. la mécanique), il est venu s'installer à Radiator Springs où il a ouvert sa clinique (i.e. son garage) et y est resté après que l'autoroute I-40 fut construite et que la population de la ville ne se réduisit à la douzaine de ses habitants actuels. Il est respecté et aimé des habitants, dont aucun ne connaît son secret. Après que Flash eut fini de réparer la route, c'est lui qui contacte les journaux et la télévision pour qu'ils se précipitent à Radiator Springs pour ramener Flash McQueen au monde de la course. Mais devant la tristesse des habitants de la ville, il retrouve ses couleurs de course et son numéro 51 et rejoint McQueen le jour de la course pour devenir son directeur technique, en compagnie de la quasi totalité des habitants qui constituent l'équipe de ravitaillement. Son retour sur le circuit est salué par une ovation de la foule et par des marques de respect des commentateurs sportifs. Le personnage de Doc Hudson est inspiré par la Hudson Hornet de 1951, une berline 2 portes du constructeur Hudson qui, après sa fusion avec la firme Nash, forma le groupe American Motors. La version course de la Hornet a remporté les 3 championnats NASCAR en 1951, 1952 et 1953, et détient le record du nombre de victoires en une seule saison avec 27 en 1952. La voix originale de Doc Hudson est celle de Paul Newman, acteur devenu pilote de course (il a fini 2e aux 24 Heures du Mans 1979) puis directeur d'une importante équipe de course américaine. On apprend au début du film Cars 2 qu'il est mort.

Sally Carrera : Sally Carrera était avocate à Los Angeles, où elle ne se plaisait pas du tout. Un jour, elle a pris la route et a roulé jusqu’à ce qu’elle tombe en panne, en face du Wheel Well Motel. Dépannée par Doc Hudson et accueillie par Flo, elle est tombée sous le charme de Radiator Springs et des environs, et ne s’en est plus jamais allée. Sally est le procureur de la ville. Elle tient également le Cozy Cone Motel, un motel où les chambres sont en forme de cônes de signalisation (les voitures viennent y dormir au lieu de les éviter comme le dit Flash). À la fin du film, elle rouvre avec Flash le Wheel Well Motel. Au fur et à mesure de l’avancée dans l’histoire, les relations entre Sally et Flash évoluent. Au début particulièrement froides, ils se prennent progressivement d’affection l’un pour l’autre, jusqu’à ce que finalement Flash réalise qu’il y a quelque chose qu’il désire encore davantage que la Piston Cup. Sally tient son nom du modèle de voiture dont elle est tirée, la Porsche 911 « Carrera » type 996, modèle 2002. La Porsche 911 Carrera dispose d’un aileron qui ne se redresse normalement qu’à haute vitesse, mais à un moment dans le film, Sally le relève intentionnellement pour exposer son tatouage de creux des reins, que Flash ne manque pas de remarquer. L’utilisation d’un modèle Porsche serait une référence au personnage de Portia5, l’héroïne de la pièce de William Shakespeare Le Marchand de Venise, qui se déguise en avocat dans une scène. Le Cozy Cone Motel existe sur l'actuelle route 66 en tant que « Wigwam Motel », où les cabines sont des tipis.

Luigi : Luigi est une Fiat 500 de 1959, amateur de course automobile en général et inconditionnel de la Scuderia Ferrari, immatriculé 445-108, nombres qui représentent la latitude et la longitude de l’usine Ferrari de Modène. Luigi est le propriétaire d’un magasin de pneus, la « Casa del Tires », connu également pour sa Tour penchée de Pneus, un empilement de pneus évoquant la Tour de Pise. L’intérieur du magasin est décoré de photos de Ferrari de course. Au début, il snobe Flash qui, bien qu’il soit une voiture de course, n’est pas une Ferrari et n’en connaît même pas une seule. Il vit enfin son rêve à la fin du film quand Michael Schumacher, sous les traits d’une Ferrari, vient lui demander de changer ses pneus ; il en tombe d’ailleurs à la renverse. Dans la version italienne du film, Luigi est doublé par l’acteur Marco Della Noce, qui a tenu le rôle d’Oriano Ferrari, caricature du directeur technique de la Scuderia.

Guido : Guido est un petit chariot élévateur qui assiste Luigi. Guido ne parle que l’italien et ne connaît que deux mots en anglais : pit stop (l’arrêt ravitaillement des voitures de course). Il rêve de faire le ravitaillement d’une voiture de course, et son rêve devient réalité lors de la finale des ex-aequo quand il réussit le « pit stop » le plus rapide de l’histoire de la Piston Cup en changeant les quatre roues de Flash en moins de quatre secondes. Comme Luigi, il tombe à la renverse quand Michael Schumacher lui parle en italien : « Spero che il tuo amico si riprenderà. Mi dicono che siete fantastici. » (« J’espère que ton ami va s’en remettre. On m’a dit que vous étiez fantastique. »). Dans la version italienne du film, Guido est doublé par l’ancien pilote de Formule 1 Alex Zanardi, qui parle avec l’accent de l’Emilie Romagne, région où se trouve Modène.

Ramone : Ramone est un ‘lowrider’ établi sur la base d’une Chevrolet Impala de 1959, dont la plaque d’immatriculation « LOWNSLO » fait référence à la façon de rouler des lowriders : au ras du sol et doucement (low and slow). Ramone tient un atelier de peinture de personnalisation mais, comme aucun client ne se présente, il se repeint lui-même tous les jours (en violet, en or, en rouge, en vert). Il est marié avec Flo qui tient le restaurant à côté de son atelier. Flash est son premier client depuis quarante ans, quand il demande à se faire repeindre en un rouge candy avec un retour blanc derrière la roue avant. Dans une scène coupée présentée dans les bonus du DVD, la seule voiture que Ramone a refusé de repeindre est Flo. Quand elle lui a demandé pourquoi, il lui a répondu qu’il ne pouvait pas la repeindre parce qu'il ne touche pas aux « classiques » (sous-entendant qu'elle est parfaite). C’est comme ça qu’ils sont tombés amoureux.

Flo : Flo tient le seul restaurant de Radiator Springs, le « Flo’s V8 Café ». Elle est immatriculée « SHOGRL », abréviation de « show girl » et plaque identique à celle que la General Motors posait sur ses prototypes de salon qu’elle exposait dans son salon itinérant « Motorama » dans les années 1950. D’après une scène coupée présentée dans les bonus du DVD, Flo serait un prototype qui serait venu à Radiator Springs durant une de ces tournées.

Shérif : Le Shérif est une Mercury de 1949 immatriculée dans le comté de Carburator avec la plaque 001. Il est peint dans le classique deux tons noir et blanc des véhicules des représentants de l’ordre, est équipé d’un gyrophare rouge et de deux sirènes sur le toit ainsi que de baguettes de gabarit sur le bas de la caisse. Le Shérif est le premier habitant de Radiator Springs qui apparaît dans le film, et le premier à rencontrer Flash McQueen au cours d’une poursuite quand Flash roulait en excès de vitesse pour essayer de retrouver Mack. Il sympathise plus tard avec Flash, lui offrant même de l’escorter jusqu’en Californie, et il le rejoint dans son équipe de ravitaillement pour la finale des ex-aequo.

Fillmore : Fillmore est un minibus Volkswagen Combi immatriculé 51237, écriture anglaise de la date de naissance de George Carlin (12 mai 1937), sa voix originale. C’est le stéréotype d’un hippie, dont le bouc est formé par la plaque d’immatriculation. Il distille de l’essence biologique aux parfums multiples ; il est d’ailleurs convaincu que les grandes sociétés pétrolières ont fomenté un complot pour ne pas distribuer de l’essence « bio ». Tous les matins, pendant que son voisin Sarge lève les couleurs au son du réveil militaire, il fait jouer la version de l’hymne américain créée par Jimi Hendrix au concert de Woodstock. Et aux récriminations de Sarge qui lui lance « Éteins-moi cette saleté antipatriotique ! », il répond d’un laconique : « insulte pas les classiques, s’te plaît, c’est Hendrix ! ». Malgré tout, Sarge et Fillmore sont deux amis et on peut les voir se taquiner tout le long du film. Quand Flash traverse en trombe la ville, les deux compères regardent clignoter le seul feu de circulation de la ville ; Fillmore a ainsi remarqué que le feu dure plus longtemps une fois sur trois (ce qui fait dire à Sarge que « les années 1970 ne t'ont pas fait que du bien »).

Sarge : Sarge est un ancien combattant dessiné sous la forme d’une Jeep Willys MB de la seconde guerre mondiale peinte en vert kaki et portant les insignes de grade d’un sergent major de l’armée américaine (« Sarge » est le diminutif du mot anglais « sergeant »). Il est le voisin de Fillmore et tient un magasin de surplus de l’armée. À la fin du film, il a étendu ses activités à un camp d’entraînement pour 4x4 où il forme des véhicules qui n’ont jamais mis leurs roues ailleurs que sur les boulevards des grandes villes.

Lizzie : Lizzie est une Ford Model T de 1923 immatriculée MT23, en référence à son type et à son millésime. C’est la veuve de Stanley, le fondateur de Radiator Springs. Son nom est l’abréviation de Tin Lizzie (Lizzie la ferraille), le surnom de la Ford T à l’époque. Elle apparaît être un peu sénile, mais elle en pince pour Flash. Elle a également une certaine tendance à oublier ce qu'on lui dit.

Red : Red est le pompier de la ville. Il s’agit d’un fourgon de pompiers Peter Pirsch immatriculé 002. Timide et très sensible, il éclate souvent en pleurs et part se cacher. Il passe le plus clair de son temps à entretenir les parterres de fleurs et à laver la statue de Stanley qui se trouvent devant sa caserne de pompiers.

Franck : Franck est une moissonneuse-batteuse qui fait office de taureau pour le troupeau de tracteurs ; ses tuyaux d’échappement ressemblent à des cornes. Après l’avoir rencontré pour la première fois, Flash fait un cauchemar dans lequel Franck remporte la finale des ex-aequo et devient le nouveau champion de Dinoco, après l’avoir battu ainsi que le King et après avoir même détruit Chick Hicks en le passant dans sa lame de moissonneuse.

Bessie : Bessie est une goudronneuse. C'est le seul véhicule du film qui ne parle pas et n'a pas d'yeux, de nez, ou de bouche.

Stanley : Stanley est le fondateur de Radiator Springs. Une statue à son effigie a été dressée devant la caserne de pompiers de la ville. Bien que disparu, Stanley continue d’exercer une influence sur la vie de la cité, et en particulier sur Lizzie qui lui parle souvent. Stanley était apparemment une voiture à vapeur Stanley de 1912.

Tracteurs : Vivant en troupeau, les tracteurs font office de vaches. Ce sont des modèles « Chew-all », une référence à la marque de matériels agricoles Farmall du groupe International Harvester dans les années 1950. Ils tiennent le rôle des vaches et ils apparaissent quand Martin et Flash viennent les faire culbuter sur leurs roues arrière en les réveillant en sursaut dans leur sommeil ; Martin utilise son avertisseur sonore alors que Flash fait rugir son moteur, ce qui fait surgir Franck… Ils envahissent la ville le lendemain en une furie provoquée par les agissements nocturnes de Martin. C’est en essayant de rattraper l’un d’entre eux que Flash découvre les dons de pilote de Doc Hudson sur la piste en terre. Ils apparaissent aussi dans le cauchemar de Flash après que Franck a remporté la Piston Cup. Ils entourent Flash et l’un d’eux vient même le lécher. Ils figurent enfin dans le générique, dans l’arrière plan montrant les voitures au cinéma en plein air.

Buldo : Bien que n’apparaissant pas à l’écran, Buldo est le seul ancien habitant de Radiator Springs dont il est fait mention. Lors du procès de Flash, Lizzie indique que seul Buldo est assez fort pour réparer la route (ce devait être un gros engin de travaux publics) mais Ramone lui rappelle que Buldo est parti à la casse depuis quinze ans, ce qui fait que Lizzie lui demande pourquoi il en parle.



Autour du film :

Les sections « Anecdotes », « Autres détails », « Le saviez-vous ? », « Citations », etc., peuvent être inopportunes dans les articles

Le 4 mai 2008, au volant de la Lightning McQueen, Kohei Hirate remporte la course sur le Fuji Speedway en catégorie GT300Dans la version originale, la plupart des voitures de course sont doublées par de vrais pilotes dont Richard Petty, Darrell Waltrip, Mario Andretti, Dale Earnhardt Jr. Michael Schumacher double la voix de la Ferrari qui passe faire changer ses pneus chez Luigi à la fin du film.

Philippe Chéreau et Pat Angeli qui doublent les personnages de Darrell Cartrip et Bob Finelame en français sont les commentateurs de la NASCAR, diffusée sur AB Moteurs. Les noms des personnages en version originale (Darrell Cartrip et Bob Cutlass) sont inspirés des anciens coureurs Darrell Waltrip et Bob Costas, qui leur prêtent leur voix dans le film.

Certaines images du film ont nécessité plus de 17 heures de calcul.

McQueen est un hommage rendu à Glenn McQueen, un animateur de Pixar décédé en 2002. On peut y voir aussi une référence à Steve McQueen, dont l'une des grandes passions était la course automobile.

La plaque d’immatriculation du minibus Filmore porte le numéro « 51237 », date d’anniversaire de l’acteur George Carlin qui lui prête sa voix pour la version originale (12 mai 1937).

Le numéro que portait Flash McQueen à l’origine était le 57, année de naissance de John Lasseter. Il a cependant été remplacé par le numéro 95 en référence à l’année de sortie du premier succès Pixar du réalisateur, Toy Story.

Les pneus de Flash portent la marque Lightyear. Ce choix est un double clin d’œil, d’une part à la célèbre marque Goodyear et d’autre part au personnage de Buzz L’Éclair (Lightyear en version originale) dans Toy Story.

La Fabulous Hudson Hornet, représentée sous les traits de Doc Hudson, est une voiture des années 1950 ayant remporté 40 des 48 courses dans lesquelles elle était engagée.

Au début du film, lors de la course, la voiture blanche numéro 84 (année de lancement du premier Macintosh) porte un logo Apple sur le capot. C'est un clin d'œil à Steve Jobs, un des fondateurs de Pixar et auparavant d'Apple.

La Piston Cup est ainsi nommée en référence à la pièce mécanique mais aussi à la Winston Cup, le championnat Nascar entre 1970 et 2003.

La marque fictive Dinoco était déjà présente dans le premier volet de Toy Story. Il s'agissait de la marque de la station service où Woody et Buzz montent dans la voiture de livraison de Pizza Planet. Le logo de Dinoco se ressemble au logo dinosaure de Sinclair Oil aux États-Units; sa couleur "bleu Dinoco" est la couleur de la voiture "The King" #43 conduit par Richard Petty au NASCAR.

Lorsque Mack conduit Flash McQueen en Californie, on aperçoit et entend brièvement des oiseaux sur une ligne électrique le long de l'autoroute, juste après que Mack s'est regardé dans le camion citerne. Ces oiseaux font référence au court métrage de 2000 de Pixar Drôles d'oiseaux sur une ligne à haute tension (For the birds).

Dans les voitures qui attendent pour rentrer dans le stade en Californie, on peut apercevoir la voiture de Pizza Planet déjà vue dans les deux films Toy Story et Toy Story 2.

Pendant le générique de fin, on peut voir de nombreuses voitures regardant un film en plein air. Les films projetés ne sont autres que les « versions voiture » de Toy Story, 1001 Pattes et Monstres et Cie. Les dialogues sont repris mais les personnages sont remplacés par des voitures.

De plus, Mack, doublé par John Ratzenberger, commente les voix des personnages doublés par lui-même dans les autres films (le cochon de Toy Story, l'Abominable Homme des Neiges de Monstres et Cie et le directeur du cirque de 1001 Pattes).

Le 12 août 2010, Disney Online dévoile le jeu en ligne World of Cars inspiré de Cars de Pixar6.

Adaptations et produits dérivés :

Cars : Quatre Roues (2006), un jeu vidéo
Cars Quatre Roues Rallye, une attraction du Parc Walt Disney Studios ouverte en 2007.
Martin et la Lumière fantôme (2006), court-métrage fourni comme bonus pour la sortie du DVD
Cars Toon (2008), mini-série télé diffusée sur le Web, aussi connue sous le nom de Martin se la raconte ou Les Grands Contes de Martin

Le 10 février 2011, Disney lance une collection exclusive chez Toys "R" Us de jouets en bois Cars.



(Source : Wikipédia)

_________________
On ne vois bien qu'avec le coeur....., l'essentiel est invisible au yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ombres-lumieres.kanak.fr
 
Cars
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Liste excel cars
» Nouveaux personnages et nouvelles photos des Hotlanta Cars Collectors
» les "race code" sur world of cars.com
» Cars Toon assortiment F
» Santa Cars, Mater, Luigi, Guido, Fillmore guirlandes (Mater Saves Chistmas)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OMBRES & LUMIERES :: LongMetrage : Animation / 3D-
Sauter vers: