OMBRES & LUMIERES

OMBRES & LUMIERES

On ne voit bien qu'avec le coeur, l'essentiel est invisible pour les yeux...
 
AccueilAccueil  Portail*Portail*  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Martin Scorsese

Aller en bas 
AuteurMessage
Héra
Superstar
Superstar
avatar

Nombre de messages : 53
Age : 34
Points : 0
Date d'inscription : 11/08/2006

MessageSujet: Martin Scorsese   Dim 4 Mai - 0:08


Martin Scorsese

Martin Scorsese est un réalisateur italo-américain. Né le 17 novembre 1942 à Flushing (New York City, États-Unis), de parents d'origine sicilienne, il passe son enfance dans le quartier Little Italy de New York, qui lui inspira largement sa carrière. En 2007, à sa sixième nomination, il remporte finalement l'Oscar du meilleur réalisateur, pour Les Infiltrés, qui a également été gratifié de celui du meilleur film.


Jeunesse :
Enfant asthmatique et frêle, le jeune Martin Scorsese ne peut pratiquer de sport et ses parents l'emmènent fréquemment au cinéma. Il se destine d'abord à une vie religieuse et entre au séminaire en 1956. Renvoyé au bout d'un an, il termine ses études à la Cardinal Hays School (dans le Bronx) puis intègre l'Université de New York en 1960 où il fréquente les cours de cinéma et décroche une maîtrise en 1966. Il fut d'ailleurs professeur dans cette même université entre 1968 et 1970.


Des débuts prometteurs :
Il réalise plusieurs courts métrages qui remportent de nombreux prix. Ses films de jeunesse sont fortement influencés par la Nouvelle vague française et par le nouveau cinéma américain représenté par John Cassavetes. Puis il réalise son premier long métrage, Who's that knocking at my door ?, sorti en 1969, soit cinq ans après le premier tour de manivelle. Ce film marque la rencontre avec l'un de ses acteurs fétiches, Harvey Keitel. Il participe en tant que monteur et assistant réalisateur au film Woodstock sur le festival de Woodstock en 1969. Au début des années 1970, Martin Scorsese déménage à Hollywood. Il y rencontre le producteur Roger Corman qui lui offre la possibilité de tourner son premier film hollywoodien : Bertha Boxcar (Boxcar Bertha) avec Barbara Hershey et David Carradine.

Une carrière exemplaire :
Encouragé par John Cassavetes à poursuivre un style de réalisation plus personnel, Scorsese commence à travailler sur le film Mean Streets. Première œuvre du réalisateur, acclamée par la critique, ce film est aussi le théâtre de la rencontre la plus importante de sa carrière, celle avec l'acteur Robert De Niro, qui deviendra désormais l'alter ego du cinéaste à l'écran. L'année suivante, Francis Ford Coppola lui ouvre les portes des studios Warner Bros. Pictures. Il rencontre son premier succès public avec Alice n'est plus ici qui permettra à Ellen Burstyn d'obtenir l'Oscar de la meilleure actrice en 1974. Dès son film suivant, il obtient la Palme d'or au Festival de Cannes de 1976 pour Taxi Driver avec Robert De Niro, Jodie Foster et Harvey Keitel. Ce même film lui vaut aussi quatre nominations aux Oscars.

Fort de ce nouveau succès, l’année suivante, Scorsese et De Niro se retrouvent une nouvelle fois pour New York, New York, avec Liza Minelli. Malheureusement, le film est un cuisant échec commercial. En 1977, Liza Minnelli lui propose de mettre en scène un spectacle à Broadway, The Act, mais il abandonne au bout de quelques semaines car cette expérience lui déplaît. Scorsese vit alors avec Robbie Robertson, ex-guitariste et leader du groupe The Band, avec lequel il passe des nuits blanches à regarder des films, fréquenter des cocktails et discuter musique et cinéma. Scorsese est alors sérieusement accro à la cocaïne qu'il sniffe à longueur de journée[réf. nécessaire].

En 1978 sort le documentaire The Last Waltz consacré au dernier concert du Band. Scorsese avait en effet filmé ce dernier concert le jour de Thanksgiving 1976 au Winterland de San Francisco. Parmi les invités du Band pour ce tout dernier concert figurent Neil Young, Joni Mitchell, Ringo Starr, Van Morrison, Eric Clapton et Bob Dylan. Fan du Band, Scorsese a storyboardé toutes les chansons avant le concert. Il a fallut deux années avant que The Last Waltz sorte enfin dans les salles obscures. Scorsese tourna des interviews et des morceaux supplémentaires tout au long des années 1977 et 1978. Il en ressort fatigué intellectuellement et physiquement surtout à cause de sa consommation de cocaïne.

C'est dans un état physique et psychologique épouvantable qu'il se remet à l'ouvrage, bien épaulé par Robert De Niro, pour réaliser l'un de ses chefs-d'œuvres, Raging Bull. Pour sa performance mémorable dans le rôle du boxeur Jake La Motta, Robert De Niro recevra l'Oscar du meilleur acteur. Désormais considéré comme l'un des plus grands cinéastes de sa génération, Scorsese va enchaîner les films, La Valse des pantins en 1983, After Hours en 1985, puis La Couleur de l'argent en 1986, qui vaudra à Paul Newman l'unique Oscar du meilleur acteur de sa brillante carrière.

Martin Scorsese réalise son rêve d'enfant en 1988 en réalisant un film sur le Christ, La Dernière Tentation du Christ (The Last Temptation of Christ) adapté du roman de Níkos Kazantzákis. Le film bouscule le dogme religieux et fait scandale. Des manifestations ont lieu un peu partout où le film sort et le cinéma Saint-Michel à Paris est incendié. Pour autant, le film concourt aux Oscars, avec notamment la seconde nomination du réalisateur. Parallèlement à sa carrière et en grand amoureux de l'histoire du cinéma, il crée The Film Foundation en 1990 avec sept de ses amis. Cette fondation a pour but d'encourager la restauration et la préservation du patrimoine cinématographique mondial.

S'ensuivent, Les Affranchis en 1990, et Les Nerfs à vif en 1991, deux succès, avec de nouveau Robert De Niro. La même année, il est récompensé par la Cinémathèque américaine pour l'ensemble de son œuvre. En 1992, il crée Martin Scorsese Presents, une fondation qui restaure et exploite les grands classiques du cinéma, puis réalise son premier film en costumes, Le Temps de l'innocence. Nouveau succès critique, plusieurs nominations aux Oscars, mais toujours aucune statuette pour le cinéaste. Avec Casino en 1995, Scorsese retrouve le monde des gangsters dans une grandiose épopée sur l’ascension et la chute d’un patron d’un grand hôtel de Las Vegas dans les années 1970.

Il retrouve pour la huitième fois (et dernière à ce jour) Robert De Niro, mais aussi Joe Pesci, et Sharon Stone (qui remportera un Golden Globe pour sa composition). Après Casino, il termine son fameux documentaire de quatre heures sur le cinéma américain avec Michael Henry Wilson, Un voyage avec Martin Scorsese à travers le cinéma américain, commandé par le British Film Institute pour célébrer le centenaire de la naissance du cinéma. Puis, Martin Scorsese est honoré par l'AFI (American Film Institute) du Life Achievement Award en 1997, récompense très prestigieuse aux USA, pour l'ensemble de sa carrière.

Entre deux films, Kundun en 1997, et À tombeau ouvert en 1999, il préside le Festival de Cannes de 1998 qui décerne la Palme d'Or à L'Éternité et un jour de Theo Angelopoulos. Mais l'image forte de cette édition reste la remise du grand prix à Roberto Benigni pour La vie est belle au cours de laquelle l'acteur-réalisateur italien se jettera aux pieds de Scorsese.


La reconnaissance tardive de ses pairs :
2002 marque une nouvelle date essentielle dans la carrière du réalisateur, puisqu'à l'occasion du film Gangs of New York, Scorsese rencontre Leonardo DiCaprio avec lequel il tournera deux autres films consécutivement, Aviator en 2005, puis Les Infiltrés en 2006. Grâce à ce dernier film, il obtient le plus grand succès public de sa carrière. Il remporte le Golden Globe Award du meilleur réalisateur avant de triompher aux Academy Awards. Les Infiltrés obtient quatre Oscars : meilleur film de l'année, meilleur réalisation, meilleur scénario adapté (William Monahan, d'après Infernal Affairs de Siu Fai Mak et Felix Chong) et meilleur montage (Thelma Schoonmaker dont c'est le troisième Oscar remporté avec Martin Scorsese après Raging Bull et Aviator).

Longs métrages :

1969 : Who's that knocking at my door ? aka I Call First
1973 : Bertha Boxcar (Boxcar Bertha)
1973 : Mean Streets
1974 : Alice n'est plus ici (Alice Doesn't Live Here Anymore)
1976 : Taxi Driver, (Palme d'or au festival de Cannes)
1977 : New York, New York
1978 : La Dernière valse (The Last Waltz)
1978 : American Boy : A profile of Steven Prince
1980 : Raging Bull
1983 : La Valse des pantins (The King of Comedy)
1985 : After Hours
1986 : La Couleur de l'argent (The Color of Money)
1988 : La Dernière Tentation du Christ (The Last Temptation of Christ)
1989 : New York Stories (segment "Life Lessons")
1990 : Les Affranchis (Goodfellas)
1991 : Les Nerfs à vif (Cape Fear)
1993 : Le Temps de l'innocence (The Age of Innocence)
1995 : Un voyage avec Martin Scorsese à travers le cinéma américain (A Personal Journey with Martin Scorsese through American Movies)
1995 : Casino
1997 : Kundun
1999 : Il dolce cinema - prima partie
1999 : À tombeau ouvert (Bringing Out the Dead)
2002 : Gangs of New York
2003 : Feel Like Going Home (2003), Série Martin Scorsese Presents the Blues - A Musical Journey
2003 : Mon voyage en Italie (My Voyage to Italy)
2003 : Aviator (The Aviator)
2005 : No Direction Home : Bob Dylan (2005), documentaire
2006 : Les Infiltrés (The Departed)
2008 : Shine a Light
2008 : The Rise of Theodore Roosevelt (annoncé)
2008 : Silence (annoncé)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alf
Megastar
Megastar
avatar

Nombre de messages : 74
Age : 41
Points : 24
Date d'inscription : 02/08/2007

MessageSujet: Re: Martin Scorsese   Dim 4 Mai - 13:50

Citations de Martin Scorsese

«Un film est l'expression d'une vision unique - plus il est personnel, donc, et plus il s'approche du statut d'oeuvre d'art. Ce qui signifie qu'il restera plus longtemps à l'épreuve du temps.»
[ Martin Scorsese ]

«L'argent gagné au jeu est 2 fois plus précieux que l'argent gagné en travaillant
[ Martin Scorsese ] - Dialogue du film américain La couleur de l'argent

«Diriger un casino, c’est comme voler une banque mais sans qu’il y ait de flics.»
[ Martin Scorsese ] - Extrait du film Casino
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tciko_69
Figurant
Figurant
avatar

Nombre de messages : 7
Age : 36
Points : 0
Date d'inscription : 05/03/2008

MessageSujet: Re: Martin Scorsese   Mer 7 Mai - 20:36

il y a un film de scorsese qui m'a vraiment decu, c'est "alice n'est plus ici" , je sais pas pourquoi mais je n'ai pas accroché. je trouve que l'histoire manque d'interet, harvey keitel est decevant, et surtout on a l'impression d'avoir deja vu ce film: autrement dit il n'a rien de special, si ce n'est la realisation (evidemment vous me direz...) et la prestation de ellen burstyn (desolé si j'ai ecorché son nom).
On a l'impression que scorsese a fait ce film juste pour "garder la main"

Ps: j'ai mis du temps à remarquer que j'avais deja vu ellen burstyn dans "requiem for a dream"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Martin Scorsese   

Revenir en haut Aller en bas
 
Martin Scorsese
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Departed (Les Infiltrés) de Martin Scorsese
» VINYL ( La Série de Martin Scorsese et Mick Jagger )
» Hugo - Martin Scorsese
» The Wolf of Wall Street, le nouveau Martin Scorsese
» Etude des supports textiles du peintre Henri Martin . (fibre, identification, tissage)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OMBRES & LUMIERES :: Metteurs en Scène-
Sauter vers: